Aurélie Dubois, artiste de garde

Travailler sur l’érotisme sans basculer dans les traditionnels clichés que véhicule la société n’est pas chose aisée, mais des artistes inattendus comme Aurélie Dubois ont réussi à introduire leur propre dose de subtilité, à grand renfort de messages subliminaux et autres métaphores visuelles. Naviguant dans l’indicible de l’érotisme, cette plasticienne, née en 1975 à Paris, nous transporte dans un intriguant voyage, entre désir de chair et bestialité.Ses études plutôt classiques, à l’école Nationale Supérieure des Beaux Arts et à l’Université Paris VIII, n’ont jamais entamé son audace artistique et ses envies de singularité. Très vite, l’envie d’exposer et de partage avec le public se montre plus fort que tout.

Share
Amy Hilton. L’art & La Nature

Art’nBox : Amy, les pierres sont ton inspiration. Trouves-tu qu’il y a un art de la Nature? Amy : Tout à fait. Il y a un concept en Chine qui vient d’un philosophe néo-confucianiste qui s’appelle le ‘li’. Ce concept fait référence aux traces dans le jade, aux fibres dans le tissu musculaire, aux formes des nuages ou de l’eau en mouvement. Cela évoque les motifs très hasardeux, irréguliers parfois, qui existent autour de nous et en nous, mais avec une composition harmonieuse et une beauté que nous ne pouvons pas toujours décrire.. c’est la façon dont la nature pourrait s’exprimer elle-même : toujours en transition, mouvementée et cyclique. Je suis très sensible à cette idée. Et j’essaie, à travers mes peintures et mes dessins, de transposer l’esprit de ce ‘li’ pour mieux comprendre ma relation à la nature, au cosmos. Je vois les veines des marbres comme les marques du flot d’énergie qui passe à travers toutes les choses, qui relie le microcosme au macrocosme.

Share
Virginie Hucher : Du « Corps-Objet » au « Corps-Sujet »

Licenciée en Arts Plastiques, et diplômée d’une école d’Arts Appliqués, Virginie Hucher a travaillé́ auprès de créateurs de mode et de décorateurs d’intérieur, puis enseigné les Arts Plastiques.

Share