Sorties

Jean-Jacques Sempé à Rueil-Malmaison

Le dessinateur de la vie moderne

Sempé est un dessinateur de la vie moderne, pour reprendre les mots de Charles Baudelaire pour qualifier l’artiste Constantin Guys. Sempé, comme on pourra s’en assurer de nouveau en parcourant les 8 grandes salles consacrées à l’évolution de son travail, est résolument et désuètement moderne. L’exposition « Itinéraire d’un dessinateur d’humour », pensée et conçue par Martine Gossieaux, (galeriste et amie de l’artiste) et Marc Lecarpentier, journaliste et auteur du catalogue, réunit plus de 200 dessins originaux, comprenant beaucoup de compositions inédites qu’on prend un plaisir distingué à découvrir. Car, si ouvrir un album de Sempé, même en le connaissant par cœur, est toujours l’assurance de se régaler, rentrer dans une salle d’exposition avec la promesse de se délecter de poésies dessinées encore inconnues est un luxe. Ce n’est pas pour rien que l’on se sent l’invité intimidé et pourtant familier dès lors que l’on passe la porte de l’atelier Grognard : on devine bien que l’on va voir un petit trésor et l’on veut goûter à tout, c’est une boîte de chocolats mangée en entier sans le moindre écœurement.

Couverture du catalogue : Sempé, itinéraire d’un dessinateur d’humour, Editions Martine Gossieaux
Affiche de l'exposition

L’exposition, où l’on devine des sourires et des rires étouffés devant presque chaque dessin, n’est ni centrée sur une période, ni sur une thématique spécifique. Elle a fait le pari de la durée : c’est toute la carrière de Sempé qu’on nous propose de regarder, de ses tous débuts, griffonnant encore dans des coins de cahiers, à ses albums personnels, en passant par ses premières publications régulières chez Paris Match, le premier journal français à lui avoir accordé une grande confiance. Les premiers dessins sont émouvants et pleins d’autodérision, donnant tout de suite le ton du personnage, bien plus doux qu’amer et surtout plein d’humilité : « Je ne me suis jamais dit : mon truc, c’est le dessin. J’aimais dessiner, même mal, et je me suis dit, je vais essayer. Je vais proposer des dessins aux journaux. Je vais voir », déclare l’artiste. 

Dessin paru dans Paris Match, 1958 © J.J. Sempé

Et aujourd’hui, Sempé est devenu l’un des dessinateurs, si ce n’est le premier, à qui l’on pense : ses rêveries contemplatives et ses regards méticuleusement ironiques ont déjà atteint notre mémoire collective. Il est devenu si difficile de parler de Sempé afin de décrire un homme qu’on ne présente plus, qu’il est plus simple désormais de présenter ses dessins moins connus et d’en apprendre davantage sur un homme aussi discret que mesuré. C’est ainsi qu’on y apprend quelques anecdotes sur ses premiers emplois, sur sa manière d’aborder les journaux, sur la malice qui le caractérise autant que son trait et sur les émotions qu’il ressent face à un monde qui n’a de cesse d’évoluer. Ainsi, les bus ne seraient plus de bons modèles et la Tour Eiffel, un cliché qu’il adore mais qu’il n’a jamais réussi à dessiner correctement. Des citations de lettres de lecteurs viennent parfaire le sentiment d’intimité – jamais de voyeurisme – et l’on se sent porté par la confidence. Sempé est devenu un ami de longue date. On passe le voir pour qu’il nous raconte une nouvelle histoire.

Il est évident que, pour les plus frileux de l’escapade hors de Paris et malgré un trajet en RER A, suivi d’un petit tour en bus 27 de cinq minutes, le déplacement vaut le coup. On en ressort tout enveloppé de réconciliation avec le monde. Sempé est un filtre par lequel on apprend à voir la simplicité, si essentielle dans un monde où tout va trop vite. Sempé nous aide à faire la paix

Dessin paru dans Paris Match en 1962 Sempé, itinéraire d’un dessinateur d’humour, éditions Martine Gossieaux © J.J. Sempé
L’Information Consommation, Éditions Denoël, 1968 © J.J. Sempé
L’Information Consommation, Éditions Denoël, 1968 © J.J. Sempé
Sempé, itinéraire d’un dessinateur d’humour, éditions Martine Gossieaux © J.J. Sempé
Dessin de couverture de l’album Vaguement compétitif, Éditions Denoël, 1985 © J.J. Sempé
Comment on s’enrhume pour les laboratoires Lebrun, 1957, Sempé, itinéraire d’un dessinateur d’humour, éditions Martine Gossieaux © J.J. Sempé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *