© Henry Darger, Jenny & ses soeurs, aquarelle et crayons de couleurs sur papier, 45,7x61cm, Galerie Ritsch Fisch, Strasbourg.
Les Visages de Jesse Kellerman

Marie Barki & Elora Weill-Engerer

61YageSj+eL

Dès les premières pages, Jesse Kellerman nous capture dans l’univers d’Ethan Muller, un jeune galeriste new-yorkais.

La découverte de cartons entiers de toiles mystérieuses, abandonnées dans un immeuble miteux, plante d’emblée un décor propice à l’évolution d’un drame.

La disparition de l’auteur de ces dessins, Victor Cracke, donne alors carte blanche à Muller pour l’organisation d’une exposition.

Celle-ci connaît un réel succès. Les toiles ne passent pas inaperçues, éveillant les soupçons d’un commissaire retraité, Lee McGrath, pensant reconnaître certains des visages : ceux d’enfants assassinés 40 ans plus tôt. Muller ne peut ignorer cette révélation, l’artiste découvert aurait-il plusieurs visages ? Serait-il fou ? Le jeune homme se lance alors dans une enquête qui le poussera à découvrir bien des secrets, et le plongera dans le passé des siens.

Le roman psychologique de Jesse Kellerman est en grande partie inspiré de l’histoire d’Henry Darger (1892-1973), artiste de Chicago considéré comme l’un des représentants de l’art brut.

Considéré fou par les médecins pour onanisme et paroles confuses, il est interné dans un asile pour enfants. Après plusieurs tentatives d’évasion, il parvient à s’en échapper.

Tout au long d’une vie de réclusion et de solitude, Henry Darger, écrit un récit épique de 15 143 pages dressant la fresque d’une aventure fantastique et folle au sein des royaumes de l’Iréel. L’épopée est illustrée de centaines de ses compositions, dans des formats souvent allongés, propres au narratif, où les enfants, principaux protagonistes de son livre, se mêlent aux chimères et aux comics américains. Son oeuvre gigantesque ne sera découverte qu’à titre posthume.

Art’nBox a choisi le roman de Jesse Kellerman pour sa sixième édition, dans le but d’amener le public dans le monde de l’art brut par le biais d’une narration fictive et intrigante. Si la vie de Henry Darger a largement inspiré l’auteur, c’est que les artistes d’art brut ont des parcours souvent propices aux anecdotes les plus incroyables.

© Henry Darger, Jeunes Rebonnas Dorthoréens, Belngins, Iles Catherine, Femelles, l’une à queue fouetteuse, crayon et aquarelle sur papier, courtesy Musée d’Art Moderne / Roger-Viollet.
© Henry Darger, Jenny & ses soeurs, aquarelle et crayons de couleurs sur papier, 45,7x61cm, Galerie Ritsch Fisch, Strasbourg.

Retrouvez Les Visages dans la box de Janvier/Février : « La Peinture se Mange. »

Ce que la box de Janvier/Février vous réserve :
  • Une invitation pour deux dans un cinéma mk2 parisien. Notre sélection : “L'Incroyable Histoire du Facteur Cheval", sortie le 16 Janvier - Fin XIXème, Joseph Ferdinand Cheval (Jacques Gamblin), est un simple facteur qui parcourt chaque jour la Drôme, de village en village. Solitaire, il est bouleversé quand il rencontre la femme de sa vie, Philomène (Laetitia Casta). De leur union naît Alice. Pour cette enfant qu’il aime plus que tout, Cheval se jette alors dans un pari fou : lui construire de ses propres mains, un incroyable palais. Jamais épargné par les épreuves de la vie, cet homme ordinaire n’abandonnera pas et consacrera 33 ans à bâtir une œuvre extraordinaire : «Le Palais idéal ».
  • Les Visages,  roman policier de Jesse Kellerman sur la découverte de toiles dans un appartement abandonné. Edition Points
  • Art'nMag #6 : La peinture se mange
  • Un des deux tirages, numéroté et signé, de Lisa Salamandra, créé pour la box.
Tirage limité à 30 exemplaires.Livraison autour du 15 janvier.
Box de Janvier/Février : La Peinture se Mange
60.00
Leave a reply